virnalisi

Ce n’est pas une mince affaire que d’évoquer la fabuleusement belle Virna Lisi dans ces pages.

La blonde italienne aux yeux « bleu pur » a protégé sa vie privée comme une huître sa perle et s’est abstenue en 55 ans de carrière de la moindre velléité de confidence ou de scandale.

Pas de liaisons tapageuses, de propos choquants ou de photos légères, en pleine époque de libération des moeurs où porter un soutien-gorge était comme de porter une cornette, où il convenait de poser nue parce que l’on avait été arrêtée  pour trafic de stupéfiants, Virna était précisément une des plus grandes stars de l’écran mondial et incontestablement une des plus belles…Habillée jusqu’au cou et corsetée de conventions bourgeoises!

Sollicitée de toutes part, elle resta fermement campée sur ses positions, lesquelles reviendraient en force avec les sous-vêtements quelques années plus tard.

Elle laissa passer la tempête libertaire et préféra faire de la publicité pour une pâte dentifrice que de poser dans « playBoy »

Virna tourna donc peu mais avec les meilleurs et pour les plus grands, les enfants eurent moins de carries et le public lui garda un respect envoûté.

La plus belle fille du monde était aussi une actrice de grand talent, reine des écrans mondiaux et 13 fois couronnée de prix d’interprétations et non des moindres!

Toujours aussi belle, Virna à l’heure de sa mort a 78 ans et malgré la maladie, Virna avait un un agent et était prête à tourner, toujours blonde si une proposition de qualité se présentait.

Si ce ne fut pas assez souvent le cas tant pis… pour nous. Elle a vécu pleinement sa vocation première d’épouse et de mère devenue trois fois grand’mère.

Virna Lisi fut une femme heureuse.

fichier doc 67 VIRNA LISI

Cliquez sur le lien pour decouvrir la biographie de Virna par Celine Colassin

Dernière mise à jour le 2 Mars 2014

pas de réponses

Laisser un commentaire

laubedufantastique |
kelhorreur |
sslstreaming |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Culture Cinématographique d...
| BRAD ET ANGELINA
| nicolas gob