barbarastanwyck

Barbara Stanwyck, l’une des grandes légendes du cinéma Américain durant trois décennies et ensuite de sa télévision pour une période tout aussi longue eut une carrière jalonnée de rôles forts.

Tous les vices de la terre s’incarnèrent en cette femme avec une réelle crédibilité, il n’est pas rare de la trouver dans un western avec une horde de brutes sanguinaires à sa dévotion et ses ordres, terrorisés devant elle.

Parfois elle est bonne âme, comme dans « Titanic » ou « Stella Dallas » mais ça ne dure pas longtemps et personne n’a quand même intérêt à lui marcher sur les pieds.

Sinon, la plupart du temps, elle tue, ment, assassine, dépouille, détruit, anéantit, vole, escroque, fume et picole avec un naturel un rien blasé.

Souvent aussi, elle meurt à la fin du film, comment laisser vivre une créature pareille?

Barbara Stanwyck est née Ruby Stevens et pauvre à Brooklyn d’une mère bientôt écrasée par un chauffard ivre et un père bientôt mort au creusement du canal de Panama.

Brooklyn est un quartier où il ne faisait pas bon être le plus faible et les créatures Hollywoodiennes qui en seront originaires ne seront jamais faites du bois tendre dont on fait les pauvres victimes éplorées, n’est-ce pas Susan Hayward, Lauren Bacall, Jeff Chandler et Kirk Douglas?

fichier doc 54 BARBARA STANWYCK

Cliquez sur le lien pour découvrir la biographie de Barbara Stanwyck par Celine Colassin.

Dernière mise à jour le 12 janvier 2014

1 réponse
  1. 23 juillet, 2011 | 16:39 | #1

    Dans la série western : La grande vallée , elle avait un rôle sympathique , elle y campaît Victoria Barclay , l heritière du ranch Barclay . beaucoup de séries tv notamment : Les incorruptibles avec Robert Stack , elle y apparait en guest star dans 2 épisodes : Fleurs pour inconnu et elegie , elle y campaît le rôle de l ‘ inspecteur Agatha Stewart .
    hugongerard.

Laisser un commentaire

laubedufantastique |
kelhorreur |
sslstreaming |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Culture Cinématographique d...
| BRAD ET ANGELINA
| nicolas gob