jaynemansfield

Il convient, c’est une tradition, d’utiliser le rose lorsque l’on parle de Jayne Mansfield.

J’ai essayé, je n’ai pas pu.

Rien n’est moins rose au monde que l’histoire de cette femme, sans doute le plus sensationnel ratage de toute l’histoire du cinéma.

Comment écrire en rose la vie d’une mère de cinq enfants tuée à 34 ans d’une manière aussi horrible qu’inattendue.

Comment parler couleur bonbon de cet abandon des studios aussi soudain que définitif, quel regard poser sur cette femme qui mise tout sur son physique de bombe sensationnelle et qui voit son corps l’abandonner au gré des maternités, ses précieux balconnets passant du 100C au 140 double F en quelques années.

Où trouver le rose dans cette fuite éperdue et désespérée de Jayne Mansfield qui ne voulait que plaire, être aimée et vivre au milieu de ses enfants et de ses animaux.

Le destin en a décidé autrement, quant à moi j’ai choisi le gris.

le rouge et le gris.

Cliquez sur le lien pour découvrir la biographie de Jayne Mansfield par Celine Colassin Dernière mise à jour le 25 avril 2016

fichier doc 52 JAYNE MANSFIELD

réponses desactivées




laubedufantastique |
kelhorreur |
sslstreaming |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Culture Cinématographique d...
| BRAD ET ANGELINA
| nicolas gob