arletty

Avec un franc parler qui n’implique pas forcément la franchise, Arletty est la seule actrice véritablement mythique du cinéma Français classique, quelque soit la célébrité de ses autres représentantes.

Celle qui naît avec le siècle promène un regard aiguisé et un rien moqueur sur son temps et nous fait profiter de ces constats parfois acrebes et toujours drôles.

Avec ses airs de ne rien prendre au sérieux et surtout pas elle, un peu crâne, un peu bravache et se moquant de tout et de tous, elle est moins « jouette » qu’il n’y paraît et certaines choses ne souffrent pas la plaisanterie à commencer par le montant de ses cachets!

La belle qui endosse volontiers les défroques de « putes à pas cher » au cinéma , les poétisant de sa gouaille et de son accent des faubourgs s’exprime dans la vie en  un language châtié et lorsqu’elle quitte son appartement dont la porte est parfumée par Guerlain, c’est pour s’engouffrer dans une rutilante voiture connue dans tout Paris pour son intérieur de cuir rouge  vermillon et aller voir ce qui se trame chez Chanel avant d’aller ensuite, couverte de fourrures, dire bonjour à son frère qui travaille à l’usine!

Berf la belle actrice élégante et racée donne ses lettres de noblesse au populo en encaissant de plantureux chèques…Qu’elle a mérité plus que toute autre soyons justes!

Bravo chère Léonie Bathiat dite Arletty

fichier doc 32 ARLETTY

Cliquez sur le Lien pour découvrir la biographie d’Arletty par Celine Colassin

Dernière mise à jour le 14 décembre 2013

 

2 réponses
  1. 1 août, 2012 | 16:49 | #1

    Atmosphère , atmosphère , celèbre et innoubliable réplique d ‘ Arletty , d ‘ hotel du nord de Marcel Carné ( 1937) , film culte qui l a lança avec : Les enfants du Paradis ( Rôle de Garançe).
    hugongerard.

  2. 10 juillet, 2014 | 15:11 | #2

    A posée pour le peintre Moise Kisling.
    hugongerard.

Laisser un commentaire

laubedufantastique |
kelhorreur |
sslstreaming |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Culture Cinématographique d...
| BRAD ET ANGELINA
| nicolas gob