edwige feuillere

 Edwige Feuillère est un « cas » dans mon, panthéon de stars plus divines les unes que les autres.

Elle fut des années durant, dont les sombres années d’occupation, l’actrice préférée des Français, et de loin., pas l’ombre d’une rivale hormis Micheline Presle, mais sur un autre registre il est vrai.

Les autres avaient gagné Hollywood ou attendaient le retour de jours meilleurs.

Restée dans le Paris des privations vert de gris, elle joua sans relâche sa dame aux camélias « Je n’avais aucun mérite à tousser chaque soir comme une possédée, les théâtres n’étaient plus chauffés! » Elle tourna des films dès que l’on pouvait dégotter un bout de pellicule (et des faux-cils!)

Sa gloire dura jusqu’aux années années 50 ou enmitouflée de renards Balmain elle symbolisait le tout Paris à elle toute seule, le public semblait persuadé qu’elle allait s’acheter sa baguette et son camembert en robe du soir Dior en récitant des vers de Corneille!

La nouvelle vague vint et la béboulonna sauvagement! Elle était pour toute une nouvelle génération de cinéastes une incarnation de l’antéchrist cinématographique!

Elle avait pourtant du mérite! Elle est la dernière des actrices Françaises à s’être forgée une légende urbaine, un style, une diction un abattage « Feuillère ».

A revoir ses vieux films, on est souvent déçu, Feuillère joue Feuillère avant de s’occuper de son personnage, elle a l’oeil qui frise, le regard qui souligne ses intentions invariablement les mêmes: Eblouir, Epater, Bluffer, se faire admirer, applaudir.

Feuillère apparaît, montre son costume « haute couture », remonte ses longs gants, vérifie sa coiffure d’un geste emprunté et fixe la caméra: « Et maintenant, regardez bien ce que je vais faire! »

Pas grand’chose en général, à de rares exceptions près, elle joue théâtre au cinéma et ce qui était sans doute bouleversant vu du balcon devient carricatural en gros plan.

Feuillère ne joue pas pour son partenaire (quel partenaire?) elle joue pour la lumière et la postérité.

Il faut pourtant lui laisser quelques moments de pur génie (En Cas de Malheur, Les Amours Célèbres) et une autre prouesse jamais égalée depuis: cette femme remplissait les cinémas avec du Cocteau et du Dostoïevski. Elle remplit également les théâtres durant un demi siècle et lorsque Feuillère jouait, le public s’habillait comme pour une audience avec une reine, ce qu’elle était.

CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR DECOUVRIR LA BIOGRAPHIE D’EDWIGE FEUILLERE PAR CELINE COLASSIN

fichier doc 28 EDWIGE FEUILLERE

Dernière mise à jour le 12 Décembre 2013

pas de réponses

Laisser un commentaire

laubedufantastique |
kelhorreur |
sslstreaming |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Culture Cinématographique d...
| BRAD ET ANGELINA
| nicolas gob