MARINA VLADY

Marina Vlady est probablement un des plus beaux visages de femme qui hantèrent les écrans de cinéma, Beauté simple, beauté naturelle qui troubla tant Orson Welles et Jean-Luc Godard.

Marina Vlady, la belle aux soeurs tragiques et aux amours brisées fut toujours pour la public Français l’incarnation de la beauté froide de ses héroïnes étranges et lointaines.

La Princesse de Clèves, La Joconde prostituée ou…la fille dans la vitrine, Sapho ou lilli la putain de « Crime et Châtiment, » elle leur prête sa distinction, sa peau claire et ses longs cheveux blonds sans jamais vraiment livrer son âme slave, souvent désabusée comme dans « les Bonnes Causes », elle se prête, ne se donne pas même si elle se vend.

Marina Vlady est pour la France ce que Garbo fut pour l’Amérique: un sphynx respecté et absent des tabloïds et journeaux à scandales, sa place est ailleurs: dans un respect ouaté, distingué, imposé par son étrange beauté pure et lointaine.

Pour le public de son époque, Elle est une superbe liane d’1m70, blonde aux yeux clairs, se baladant au milieu des fleurs des champs, ses longs cheveux flottant au vent dans une effluve précieuse de »Joy » de Patou, son parfum préféré, cherchant un coin d’ombre pour y lire un ouvrage de Dostoïevski qu’elle porte sous le bras.

Mais « Joy » est le parfum le plus cher du monde et le yacht de Marina encré à Saint Tropez le plus beau de tous

Pour trop aimer la vie, la bonne chère et le vin fin sa silhouette finit par s’épaissir.

Pour avoir beaucoup souffert son regard resta voilé d’une luminosité bleu chagrin .

Pour avoir tant aimé son sourire est éternel.

Si Marina Vlady n’est pas la plus célèbre ou la meilleure actrice du monde, elle en sera toujours la plus libre

fichier doc 26.marina-vlady1

CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR DECOUVRIR LA BIOGRAPHIE DE MARINA VLADY PAR CELINE COLASSIN

dernière mise à jour le 15 février 2018

 

pas de réponses

Laisser un commentaire

laubedufantastique |
kelhorreur |
sslstreaming |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Culture Cinématographique d...
| BRAD ET ANGELINA
| nicolas gob